Le parc Dupuis n'est pas un point central de la sécurité

En raison des inquiétudes au sujet de la sécurité des installations à l'usine de traitement Atwater et en raison des importants montants octroyés pour la mise en oeuvre des travaux, il semble que le sort du parc Dupuis se soit perdu dans des dédales administratifs.

Les élus du Comité exécutif n'ont jamais été pleinement informés de la forme que prendraient les travaux à l'usine Atwater. Tout le monde est en faveur d'une meilleure sécurité de nos installations d'approvisionnement en eau potable. Sauf que le sort du parc Dupuis n'a jamais été clairement abordé. On mentionnait toujours un projet vaste de "protection et de mise à niveau du complexe de l'usine de filtration Atwater".

D'autre part, avec des millions de dollars investis pour la mise à niveau de l'usine Atwater, la clôture du parc n'est qu'une infime partie du projet. Surtout que ce détail n'a jamais clairement été mis sur la table.

Voici un extrait des faits saillants du comité exécutif du 15 octobre 2008 :

Les membres du comité exécutif ont également approuvé le projet de convention au montant de 1 040 075 $ entre la Ville et la firme Provencher Roy & Associés architectes, firme ayant obtenu le plus haut pointage, pour des services professionnels en architecture relatifs au projet de protection et de mise à niveau du complexe de l'usine de filtration Atwater. Mise en service en 1856, l'usine de production d'eau potable Atwater regroupe une quinzaine de bâtiments construits entre 1856 et 1950. Ce contrat permettra la mise en oeuvre des projets de mise aux normes requis par le Règlement sur la qualité de l'eau potable du gouvernement du Québec. Le conseil d'agglomération aura à donner son aval à cette décision.

Voici une déclaration, le 24 janvier 2008, de Sammy Forcillo, responsable des infrastructures, de la voirie et de la gestion de l'eau au comité exécutif de la Ville de Montréal :

L'usine d'Atwater a été mise en service en 1856 et ses installations regroupent une quinzaine de bâtiments construits entre 1856 et 1950. Le projet permettra la réalisation de travaux de réfection et la mise à niveau des systèmes de contrôle d'accès. La première phase de l'intervention visera la station de pompage centrale, le centre de distribution de l'eau et le système de contrôle d'accès de l'ensemble du site.

Les travaux incluront la mise à niveau des systèmes d'accès existants, la construction d'une nouvelle guérite, la réfection de l'enveloppe des bâtiments, des voies de circulation et du drainage dans la zone du canal de l'aqueduc et de la nouvelle guérite, la restauration de la clôture d'origine en façade et l'ajout d'une clôture en mailles de chaîne en bordure du canal de l'aqueduc, de même que des modifications aux éclairages extérieurs pour des fins de sécurité. Selon les évaluations préliminaires, les investissements de près de huit millions de dollars seront nécessaires pour compléter la phase 1 du projet et ces derniers seront assumés en totalité par l'agglomération.
 

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.